Nouvelles et rapports >

Libération d’un Pasteur Ukrainien Américain

Le 19 mars, des soldats russes ont enlevé le pasteur américain d’origine ukrainienne Dmitry Bodyu, 50 ans, qui dirige l’église Word of Life dans la ville de Melitopol, dans le sud de l’Ukraine. Les forces russes occupent cette ville de 150 000 civils depuis le 1er mars.

Selon la femme du pasteur Bodyu, Helen, les soldats semblaient savoir que son mari était à la fois pasteur et citoyen américain. Esther Bodyu-Ogawa, la fille des Bodyu qui vit à Hawaï, a déclaré aux médias que l’une des premières questions qu’ils ont posées à ses parents après être entrés chez eux était : « Êtes-vous citoyens américains ? ». Outre la détention de Bodyu, son passeport, les téléphones et autres appareils électroniques de la famille ont également été confisqués.

Le 28 mars, après un peu plus d’une semaine de silence, la famille a été soulagée d’annoncer via Facebook que le pasteur Bodyu avait été libéré.

« Dmitry est à la maison », a écrit Helen Bodyu. « Il se porte bien. Merci pour votre participation, pour votre inquiétude, votre aide et votre amour ! Dieu est bon !!! Louez le Seigneur ! »

L’une des raisons possibles de l’enlèvement est que Bodyu est un leader local influent et qu’il a beaucoup parlé en ligne de la souffrance des habitants de sa ville face à l’agression russe. Son enlèvement aurait eu lieu un jour après qu’il ait posté une vidéo dans laqu
elle il exprimait son chagrin du fait que « la ville est pleine de troupes russes ».

Un ami de la famille, le pasteur Gillaspie, de l’église Open Doors au Texas, a déclaré que la prière de personnes du monde entier « a fait la différence dans cette affaire » et a permis la libération rapide de son collègue et ami.

Auparavant, le 11 mars, les forces russes avaient enlevé le maire de Melitopol, Ivan Fedorov, et l’avaient libéré six jours plus tard en échange de neuf soldats russes (Reuters). Irène Vereshchuk, porte-parole du vice-premier ministre ukrainien, a déclaré que les forces russes avaient enlevé ou séquestré au moins 14 dirigeants locaux depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.