Nouvelles et rapports >

Yale Divinity School : Premier service non chrétien en 200 ans d’histoire

Depuis près de 200 ans, la Yale Divinity School a marqué de nombreuses fêtes et célébrations en organisant des services chrétiens sur le campus. Le 22 avril, pour célébrer la Journée de la Terre, l’école a rompu avec la tradition lorsque 80 étudiants se sont rassemblés devant la chapelle Marquand pour organiser le premier service spirituel non chrétien de l’école.

Selon Tasha Brownfield, étudiante en maîtrise de divinité non chrétienne, l’organisation de cet événement était un moyen pour elle de diffuser ses idées religieuses et d’inclure d’autres voix qui ne sont souvent pas entendues dans le courant religieux dominant en Amérique. « Il n’y a pas beaucoup d’espaces où les personnes qui ne se situent pas dans une optique protestante très particulière peuvent pratiquer un culte authentique à la Yale Divinity School. Alors, pour mes collègues et moi-même, j’ai décidé de créer un espace où les gens pourraient pratiquer un culte authentique. »

Brownfield a décrit l’événement comme étant « basé sur l’écologie indigène et noire, avec un soupçon de cosmologie et de mysticisme panthéiste ». Outre une « reconnaissance de la terre » (une déclaration orale dans laquelle les personnes non autochtones d’une communauté sont appelées à reconnaître leur relation avec les peuples autochtones d’un lieu et avec la terre elle-même), les personnes présentes ont également participé à une cérémonie d’allumage de calices dans la tradition unitarienne universaliste, suivie d’une prière au dieu de la fertilité hindou Prithivi.

Bien que le site web de l’université indique que la formation de personnes pour « le ministère chrétien était un objectif principal » lorsque le Yale College a été fondé en 1701, le site de l’école indique qu’aujourd’hui la Yale Divinity School forme les futurs théologiens « par un engagement savant avec les traditions chrétiennes dans un contexte mondial et multiconfessionnel ».